Frislam aux Etats-Unis

Frislam - Fribourgeois musulmans

Zürich, le 5.08.17 – Invité par l’Ambassade des Etats-Unis à Berne, Frislam participe cette année au International Visitor Leadership Program (IVLP) qui réunit différents représentants actifs au niveau de la Confédération, d’organisations non-gouvernementales, ou d’associations actives au niveau cantonal et local. Ce programme souhaite permettre aux participants de développer des stratégies visant à créer et maintenir sur la durée des programmes favorisant l’engagement citoyen et bénévole au sein des différentes communautés. Ce programme vise entre autres, par le biais de ces stratégies, à favoriser l’intégration des réfugiés et de la population migrante en Suisse.

Devenant un acteur local et important du tissu associatif fribourgeois, Frislam été invité par l’Ambassade des Etat-Unis à Berne à participer à ce programme qui est mis en place pour la deuxième fois. Dans une perspective de partage d’expérience et de connaissances, Frislam prend ainsi part à ce voyage qui possède cinq objectifs principaux, à savoir:

  1. Mettre sur pied et maintenir des partenariats stratégiques publics ou privés.
  2. Implémenter des stratégies pour éveiller l’intérêt et l’importance du rôle sociétal que jouent les bénévoles dans l’intégration des réfugiés.
  3. Maintenir l’intérêt et l’implication des bénévoles et engager les groupes de population traditionnellement moins actifs dans les communautés dans les activités bénévoles.
  4. Répondre aux besoins spécifiques des réfugiés provenant d’horizons culturels et religieux divers.
  5. Engager les bénévoles dans l’établissement de ponts entre les communautés locales et réfugiées.

C’est dans cet esprit d’échange et d’apprentissage que Frislam prend part à ce voyage qui s’annonce riche en découvertes autant humaines qu’intellectuelles. Frislam est donc honoré par cette invitation et tentera de s’enrichir des différentes expériences et opportunités que présentent cette visite afin de pouvoir utiliser les connaissances emmagasinées dans divers projets qui jalonneront le développement de l’association. Le périple débute dans la capitale des Etats-Unis : Washington D.C.

1ère étape: la capitale.

La première journée nous a permis de nous acclimater au travers d’une visite guidée menée par « Vince », notre guide. Nous avons pu observer de nombreux monuments comme La Maison Blanche, le Congrès, le Martin Luther King Memorial ainsi que la Lincoln Memorial. Le guide nous a permis de mieux connaître l’histoire de ces monuments ainsi que leur importance de nos jours.

L’après-midi était libre. Nous avons pu saisir l’occasion afin de visiter certains musées qui se situaient sur le « Monument Hall » tels que le Musée nationale de l’histoire des Etats-Unis ainsi que le « National Air and Space Museum ».

 

Au début de la semaine, nous avons été reçus par les responsables du programme d’échange. Nous avons été accueillis par Stephen Taylor responsable du programme pour l’Europe. Celui-ci nous a introduit aux objectifs de ce voyage qui représente un outil de la « diplomatie publique » du State Department (Département des Affaires étrangères) des Etats-Unis. Ce programme a pour but de faire choisir des personnes faisant partie d’institutions amenant un changement dans leurs milieux respectifs. Ce voyage traite principalement de l’immigration et des réfugiés. C’est un sujet hautement actuel et important, surtout en Europe.

L’après-midi, nous avons eu l’occasion de rencontrer le Dr. Theo Christov, Professeur d’Histoire et de Relations internationales à la Georges Washington University. Il nous a introduit à l’Histoire des Etats-Unis ainsi qu’aux différents éléments qui ont contribué à sa naissance. Les Etats-Unis sont nés à travers l’immigration. Les colons européens qui se sont établis sur la côte Est ont rapidement eu ce désir d’autonomie et d’indépendance. Ils ont donc rapidement rejeté l’autorité britannique. Le défi qui s’est imposé fut celui du commerce. En effet, en refusant tout échange avec la Grande-Bretagne, ils ont dû compter sur leurs propres moyens pour survivre. C’est donc à travers le commerce que les premières collaborations entre les colonies ont pu prendre forme. Le fédéralisme est donc né par cette nécessité d’échange et de commerce. Les pères fondateurs (Founding fathers) ont joué un rôle prépondérant dans le débat sur l’Etat. Certains étaient plus en faveur d’un Etat fédéral, alors que d’autres soutenaient l’idée d’avoir un Etat plus centralisé. La démocratie fut ainsi perçue comme étant une expérience qui doit être vécue et qui est en constante évolution.

Le système fédéral américain est très semblable à notre système suisse. Le système des chambres fédérales est quasiment identique. Au Capitole siègent le Sénat (en Suisse le Conseil des Etats), qui contient deux représentants par Etat, à savoir 100 élus. On y trouve également la « Chambre des Représentants » (Conseil National), avec 435 élus. Le Capitole, tout comme la ville de Washington DC, est construit dans un style romain, ce qui reflète l’idée d’empire, de transparence et d’Etat de droit. Nous retrouvons ces éléments dans de nombreux bâtiments de l’Etat (voir images ci-dessus).

Nous avons continué notre séjour à Washington en visitant certains Think Tanks et autres institutions ayant pour but d’influencer les décisions politiques par le biais de publications d’articles, de recherches, ainsi qu’à travers le lobbying auprès des politiciens qui siègent au Capitole. Nous avons donc rendu visite à Niskanen Center, un Think Tank libertarien qui œuvre pour la libéralisation de l’immigration aux Etats-Unis ainsi que pour la libre circulation des individus. Ce Think Tank est d’avis que le gouvernement fédéral fixe un plafond pour l’immigration qui est trop bas et que celui-ci doit être relevé. En créant des coalitions avec d’autres associations actives sur le terrain, ils essaieront par ce biais de mieux influencer les décisions au Capitole.

Les Think Tanks sont nombreux et très actifs à Washington. Très diversifiés, ils couvrent de nombreux sujets et essaient d’être influents sur les décisions politiques. A l’image de la Federation for American Immigration Reform (FAIR), ce Think Tank œuvre pour une réforme des lois sur l’immigration. D’une tendance plus conservatrice, cette institution indique que l’immigration actuelle est faite d’une manière incontrôlée et que celle-ci est contre-productive pour les Etats-Unis. Par le biais de nombreuses recherches et publications, FAIR souhaite mieux informer le public et politiciens sur les réformes devant être entreprises dans le domaine de l’immigration et de l’octroi de la citoyenneté américaine.

Nos visites nous ont également permis de rencontrer des associations et des fédérations actives dans le domaine de l’immigration et l’établissement des personnes dans leurs nouveaux foyers. Actifs au niveau local et étatique (entendez par là cantonal), de nombreuses associations ont vus le jour dans les différents États. Souvent mandatées par le gouvernement fédéral et « cantonal », elles ont pour but d’accompagner les réfugiés dans leur établissement et leur développement dans les localités qui leur ont été désignées. Le système américain est long et contient de nombreuses étapes. Certaines associations sont très actives au niveau local, alors que d’autres travaillent sur le même processus mais depuis l’étranger en procédant aux auditions et à l’établissement des dossiers des personnes souhaitant migrer aux Etats-Unis. Le tout est piloté par le U.S. State Department qui, in fine, décidera de l’octroi ou non de l’autorisation de séjour. Le système américain se distingue par le fait que celui-ci octroie à tous les réfugiés le droit au travail. Un accent tout particulier est donc mis sur l’autonomie et la recherche d’un emploi. Ainsi, un an après l’arrivée des réfugiés sur le sol américain, ceux-ci peuvent demander la Green Card (permis de séjour permanent), et neuf ans après, ils peuvent déposer leur demande de naturalisation.

US State Department

Lors de notre séjour, nous avons également été reçu par l’ambassade de Suisse à Washington DC. L’ambassade de Suisse représente les intérêts suisses à Washington. L’ambassade suit de près la situation économique et politique des Etats-Unis. En effet, les relations américano-suisses sont anciennes et durables. La Suisse, malgré sa petite taille géographique, demeure tout de même le sixième investisseur aux Etats-Unis. Les deux pays sont donc des partenaires commerciaux et politiques très importants. L’ambassade suisse maintient également les liens avec les Suisses vivant aux Etats-Unis. Notez qu’il y a environ un million de Suisses ou de personnes d’origine suisses vivant aux Etats-Unis. Mise à part l’ambassade américaine à Washington DC, la Suisse possède de nombreux consulats sur le territoire américain. Ceux-ci se situent à Boston, New York, Atlanta et San Francisco.

Visite de l’ambassade Suisse à Washington DC.

Lors de la suite de notre séjour, nous aurons l’occasion d’aller sur le terrain afin de rencontrer les associations mettant en place des programmes d’accompagnement concrets pour les familles de réfugiés. Nous quittons donc la capitale et mettons le cap vers l’Ouest, au Wisconsin.

 

2ème étape: Milwaukee, Wisconsin.

Nous quittons Washington DC le 10 juillet 2017 et mettons le cap vers le Lake Michigan. Après avoir séjour dans la capitale fédérale, cette seconde étape de notre voyage nous permettra d’aller au contact des associations et des acteurs locaux actifs dans l’accueil des réfugiés et des migrants, mais également dans leur éducation civique et leur implication citoyenne. Nous quittons donc l’humidité, la chaleur et la frénésie de la capitale et nous nous dirigeons vers les grandes plaines agricoles du Midwest.

Nous atterrissons à l’aéroport international O’Hare de Chicago et prenons directement la route vers le Nord en direction de Milwaukee, plus grande ville de l’Etat du Wisconsin. Sur notre chemin, notre accompagnateur nous explique brièvement l’histoire de cet Etat. En effet, au 18e et au 19e siècle, de nombreuses familles allemandes se sont installées dans cette région et ont continué à perpétuer leur savoir-faire agricole et fromager. C’est pour cette raison que le Wisconsin est connu aux Etats-Unis pour ses nombreux fromages. Le soir de notre arrivée, nous acclimatons à l’environnement local en visitant le musée et l’usine de Harley Davidson. En été, chaque jeudi les motards se donnent rendez-vous au sein du complexe industriel pour assister à divers shows et spectacles.

 

Au contact du terrain.

Notre séjour débute par une visite à l’International Institute of Wisconsin (IIW). C’est un institut qui s’occupe principalement dans l’accueil et le placement des réfugiés dans l’Etat du Wisconsin. Il est l’un des principaux acteurs de ce domaine dans cet Etat. Le IIW prodigue une variété de services pour les réfugiés, à savoir : logement, scolarisation, soutien médical, recherche d’emploi, cours d’anglais et éducation civique. Une grande palette d’activités et d’événements (programme de parrainage, tournoi de football (soccer), journée de pêche, Journée mondiale des réfugiés, visite de musées et fêtes du folklore) permet à de nombreux bénévoles américains d’être actifs dans ces différents programmes afin d’aider et de soutenir les familles de réfugiés venus s’installer dans le Wisconsin. Le travail de cet institut ne se limite pas à l’accueil et le soutien mais propose également un accompagnement dans les démarches vers l’acquisition d’un permis de séjour permanent (Green Card) ou vers la naturalisation.

Centre-ville de Milwaukee.

 

Notre visite se poursuit à la Next Door Foundation. Cette association, forte d’environ 800-900 bénévoles et possédant 300 employés fixes, est très active dans le domaine éducatif et l’accompagnement personnel des enfants, des jeunes adultes, et des parents. Ils mettent en place un service scolaire pour les enfants de réfugiés mais également pour les adolescents et les jeunes adultes qui ont eu soit une scolarité interrompue, ou peu (voire pas) de scolarité du tout. En mettant sur pied un programme scolaire accéléré et ciblé sur les besoins des jeunes réfugiés, ils leur permettent d’accéder au lycée (« High School », ou secondaire 2), et certains mêmes parviennent à accéder à l’Université.

Bâtiment de la « Next Door Foundation ».

Un groupe de parents bénévoles effectue également des visites hebdomadaires (90 par semaines) aux familles de réfugiés afin de faire un état des lieux ainsi qu’un suivi de leur évolution au sein de leur ville et au sein de la société. Cette fondation ne se limite pas seulement à répondre aux besoins des familles mais les intègre également dans le processus de prise de décision de l’association. Ainsi, les familles de réfugiés peuvent désigner quelques personnes pouvant assister aux réunions de la fondation afin de participer aux discussions. Cela les motive et les rends plus concernés par le travail de la fondation, et créée une réelle relation de confiance entre la fondation et les familles.

Accueil de la fondation.

Enrichis de cette visite à la Next Door Foundation, nous nous sommes dirigés vers l’une des mosquées de Milwaukee pour assister à la prière du vendredi. Ce fut le premier contact avec la communauté musulmane, et celui-ci fut très enrichissant. La mosquée, qui est en même temps un centre communautaire, se situait en face du campus universitaire de l’Université de Milwaukee. Nous avons trouvé une communauté très diversifiée, mélangée, mais surtout profondément citoyenne et accueillante.

Après cette brève halte, nous avons profité de notre fin de journée afin d’assister à un événement sportif incontournable : le baseball. Nous nous sommes ainsi dirigés au stade des Milwaukee Brewers. Ils jouaient ce soir-là à domicile contre les Reds de Cincinnati. C’est une chose qu’il faut voir une fois dans une vie. Chaque match débute avec l’hymne national des Etats-Unis. De nombreux porte-drapeaux sont présents, notamment des vétérans de l’armée américaine. L’atmosphère et la frénésie qui règnent dans ces enceintes est quelque chose d’unique. Malgré que le jeu possède une configuration et des règles particulière, il devient rapidement captivant lorsqu’on a compris ses règles.

Weekend: repos et découvertes.

Le weekend qui suivit nous a permis de prendre le temps afin de mieux connaître la région de Milwaukee. Etant libre de tout rendez-vous, nous avons ainsi pu visiter les environs et profiter de l’offre culturelle. Vous trouverez ci-dessous quelques impressions de ces petites escapades.

 

Nouvelle semaine, nouvelles découvertes

Nous commençons la semaine du 14 août 2017 par une visite au Lutherian Social Services (LSS). Cette association, de taille importante, offre au même titre que d’autres acteurs régionaux divers services de base et d’assistance pour les réfugiés récemment arrivés à Milwaukee et dans les faubourgs de la ville. Le LSS se distingue particulièrement par l’activité intensive de ses bénévoles dans les divers services rendus aux réfugiés. Cela peut concerner l’aide matérielle apportées aux familles de réfugiés, ou encore les cours de langue enseignés par les bénévoles. Le LSS se présente comme étant principalement une organisation au service de l’humain, elle veut être un soutien pour les personnes dans le besoin.

Au départ, avant la naissance de la fondation, cette action charitable est née au sein des églises qui apportaient une aide aux réfugiés. Le but n’était pas seulement d’être là pour aider mais surtout, selon les dire des membres du comité du LSS, d’apprendre aux nouveaux-venus à pêcher. Ainsi, l’objectif principal est de donner les moyens d’être autonome et indépendants aussi vite que possible. Ici aussi, l’environnement économique et social incite les réfugiés et les demandeurs d’asile de s’immerger aussi vite que possible dans le monde du travail. L’aide financière apportée seule ne suffit pas à subvenir aux besoins des familles sur le long terme, la recherche de travail devient une nécessité.

La fondation se distingue également par son mélange culturel et religieux. Ici, toutes les origines et confessions œuvrent dans le même but, sur le même chemin. Le LSS apportent une attention particulière à la santé psychologique et mentale des familles. Avec une autre association de psychologues, ils apportent un soutien très ciblé aux parents et aux enfants ayant pu vivre des conflits ou des guerres. A Milwaukee, nous avons également eu l’occasion de rencontrer d’autre associations, comme la Milwaukee African Women’s Association (MILAWA), actives dans le soutien familial, des parents et des enfants. Ils permettent à ces familles de mieux connaître et comprendre la société et la culture américaine. En agissant en tant que facilitateurs, ils créent de meilleures conditions de vie pour les familles de réfugiés. D’autres associations, comme Voces de la Frontera, se focalisent essentiellement sur le soutien juridique pour les demandeurs d’asile et dans l’accompagnement de ceux-ci dans leurs démarches d’octroi des permis de séjour et de naturalisation.

Ces diverses visites et échanges nous ont permis d’avoir un aperçu du travail effectué par la société civile américaine, plus précisément à Milwaukee au Wisconsin. La culture du volontariat et du bénévolat est très présente aux Etats-Unis, cela fait partie intégrante de la culture de ce pays. De de nombreux éléments pourront servir de modèle d’inspiration pour le développement et le travail de Frislam. Nous quittons le Midwest pour nous diriger vers Boston, aux Massachusetts.

Saâd Dhif

Leave a Reply Text

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*