03.12.16: Conférence de fin d’année avec Abdelwahid Kort

Thème: « L’homme et la femme dans la société: rôles et perspectives à travers l’exemple des Compagnons et des Prophètes ».

Lieu: Centre Culturel Islamique de Fribourg, Rue de l’Industrie 2, 1700 Fribourg

 

Si un estomac n’a pas de nourriture, il meurt après 3 Jours. Il en est de même avec le cœur; s’il n’a pas de nourriture, il meurt. Le savant qui a fait cette remarque veut porter notre attention sur la nourriture du coeur. La nourriture du cœur c’est la sagesse et le savoir: « nouroun ‘ala nour », signifiant « lumière sur lumière. On relie la lumière du coeur, alimentée par la foi, avec la lumière de l’intellect, alimentée par le savoir. Comme nous l’avons dit, la sagesse du cœur, elle, se nourrit par la foi mais ceci peut prendre plusieurs formes.  Essentiellement, la nourriture du coeur se compose du jeûne, de la prière (de nuit), par l’invocation, la lecture du Coran etc…

Alors que la mort physique est palpable et visible, il n’en est pas ainsi avec le coeur. La question est de savoir pourquoi ne se rend-on pas compte de cette situation, pour quoi est-ce qu’on ne le voit pas?

4 voiles couvrent le cœur: l’argent, Le matérialisme, le mimétisme

En réalité nous sommes donc ivres, on ne ressent rien, anesthésié. Les causes sont nombreuses mais l’islam traditionnel y est pour beaucoup. L’adoration se limite au niveau de l’adoration au sens physique, elle ne va pas au-delà. Ainsi, celle-ci n’aura que très peu d’effets sur le coeur du croyant. La conséquence est que les cœurs se trouvent verrouillés, il faut un « code », lequel?

Nous aborderons les différents rôles de l’homme et de la femme à travers la question du mariage. A travers l’institution du mariage, ce ne sont pas non seulement deux personnes qui se marient mais ce sont deux personnes qui se complètent. Tout le monde veut se marier (ndlr: entendez ici toute relation entre hommes et femmes en islam ne peuvent se faire qu’à travers le mariage), mais qu’est-ce que se marier? Souvent, quand nous posons cette question aux gens, les hommes veulent se marier avec une femme voilée et croyante, et les femmes avec un croyant. Cela n’est, en soi, pas mauvais, mais Dieu décris autrement les croyant-e-s dans le Coran. Dans la sourate Al-Mu’minoun (les Croyants, N°118), parmi d’autres critères, les croyants sont, en premier lieu, ceux qui « sont humbles dans leur prière », « qui se détournent des futilités », « qui s’acquittent de la Zakât » (donc qui se détachent de l’argent), « ceux qui préservent leur sexe [de tout rapport illicite] » […] et « et qui observent strictement leur Salat [la font à l’heure]« .

Nous remarquons que l’accent est mis sur des points auxquels les Hommes prêtent peut-être moins d’attention. Comment donc vouloir se marier (femme ou homme), alors que nous n’apprenons pas à baisser le regard ? Le manque du sens des priorités est dû à un manque de connaissances de croyance profonde, qui ne doit pas être superficiel. Il faut embrasser la philosophie, ou la vision spirituelle de notre religion qui nous donne les outils d’une compréhension saine et claire de nos devoirs.

Si nous revenons au verset que nous venons de citer, nous remarquons que le premier verset concerne l’humilité dans la prière. La réussite passe donc, en premier lieu, par une prière qui a de l’effet sur nous, et qui n’est pas une somme de génuflexions répétées inlassablement chaque jour. Un autre verset nous dit « Dis: En vérité, ma prière, mes actes de dévotions, ma vie et ma mort appartiennent au Seigneur de l’univers » (Sourate 6, Verset 162). Par opposition, cela signifie qu’il y a une prière qui n’est pas pour Dieu. Il y a des prières qui, au lieu de nous rapprocher de notre Créateur, elles nous en éloignent. Le fait que nous vivions en Suisse – contrairement à ce que certains peuvent penser – nous facilite l’adoration d’Allah. En effet, vivant dans un pays non musulman, cela nous libère en quelques sortes de « l’islam traditionnel » qui est souvent biaisé par le mimétisme.

Il est clair que de nos jours nous devons changer de discours. Beaucoup de jeunes musulmans ne sont pas présents dans les mosquées. Ils cherchent la vérité dans des endroits peu fréquentables. Depuis quelques temps, je visite à l’hôpital un homme converti (depuis 1972). Il est en phase finale de cancer. Une fois il m’a dit: « Tu sais Abdelwahid, la vérité est derrière le voile (ndlr: entendez ici le voile qui sépare la vie d’ici-bas et celle de l’au-delà) ». Il m’a ajouté que nous devons de le franchir; nous devons savoir ce qu’il y a au-delà de ce voile pour s’y préparer. Cette personne, qui est sur sa fin de vie, a tout à fait compris l’essence même de la vie. Il faut que nous nous concentrions sur l’essentiel; notre seul but doit rester la contemplation d’Allah.

Ainsi, ce que nous recherchons est intrinsèquement la beauté car Allah est Beau et Il aime la Beauté. Nous pouvons donc faire le lien avec la beauté que l’homme peut trouver chez une femme ou vice-versa. Cela est donc normal et naturel, mais il y a des priorités car la seule beauté qui est éternelle dans un être (femme ou homme), c’est la beauté qui est déversée par Allah: celle que porte l’être par la piété et la connaissance d’Allah. Aujourd’hui nous nous fourvoyons car nous nous marions uniquement pour le plaisir charnel, les vrais buts du mariage (entre autres celui de fonder une famille et d’avoir une progéniture) sont mis de côté.

C’est ici que la médiation joue un grand rôle. La méditation est l’une des adorations qui a le plus de mérite auprès d’Allah. Cela commence donc par méditer sur les bienfaits d’Allah. Il faut que nous méditions sur les enfants que nous avons, sur leur innocence. Il faut méditer sur la femme qui est la vôtre ou qui le sera; de quelle manière percevons-nous la femme? Est-elle la personne qui est là pour construire l’avenir ou est-ce uniquement un corps? Nous souffrons de ces maux car le coeur est devenu matéraliste: nous voulons que la forme soit « musulmane » et non pas le fond. Où en sommes-nous de la recommandation de notre Prophète Bien-Aimé qu’il nous a transmise lors de son dernier pèlerinage sur notre comportement vis-à-vis des femmes ? En effet, il nous a bien dit:

Ô peuple ! Il est vrai que vous avez des droits sur vos femmes, mais elles ont aussi des droits sur vous. Souvenez-vous que vous les avez prises comme femmes seulement avec la permission et de Dieu et en remplissant un pacte avec Lui. Si elles vous restent fidèles, alors il leur revient le droit d’être nourries et vêtues dans la gentillesse. Traitez bien vos femmes et soyez gentils avec elles, car elles sont vos partenaires et vos assistantes dévouées. Et c’est votre droit qu’elles ne fréquentent pas des gens que vous n’approuvez pas, ainsi que de ne jamais être infidèles. O peuple ! Écoutez-moi avec sincérité. Adorez Dieu, accomplissez vos cinq prières quotidiennes, jeûnez pendant le mois du Ramadan et donnez de votre bien en Zakat (charité). Faites le Hajj (pèlerinage), si vous le pouvez. (Source: Havre du Savoir).

Ce sont donc les têtes, les esprits, et les coeurs qui doivent être libérés. Cela dit, il ne s’agit pas d’occulter les rapports intimes dans un couple sont importants, mais il s’agit d’insister sur le fait que nous devons également percevoir ceci comme une adoration. Ce que nous venons de dire implique que nous devons l’homme, respectivement la femme, doit regarder l’autre à travers les lunettes du Coran et de la Sounnah de notre Prophète Mouhammad (saw). C’est le spirituel qui doit être au centre du couple et non pas le plaisir personnel. Si nous développons, cela nous implique que nous ne devons pas chercher à avoir une bonne épouse pour qu’elle soit meilleure que celle du voisin. De la même manière, nous ne devons pas chercher à avoir des enfants pour qu’ils soient meilleurs que les autres. En islam, cela est semblable à de l’association cachée; entendez par là que nous faisons des choses non pas pour adorer Allah et lui plaire, mais pour plaire aux gens ou être meilleurs qu’eux. Chacun de nous doit percevoir sa famille comme des serviteurs de Dieu qui soit une source de Paix pour leur société, et non pas une source d’orgueil et d’honneur vis-à-vis des gens.

Ainsi, le conjoint ou la conjointe doivent être une source de paix et de sérénité l’un pour l’autre. Chacun se doit d’accompagner l’autre dans la vie de tous les jours, sortir avec elle, s’échapper dans la nature pour méditer sur la Création. La journée d’un croyant doit se diviser ainsi en trois parties: effectuer les choses de la vie, parler à Dieu, et faire son bilan (de la journée). Savoir se juger touche tous nos aspects de la vie mais en particulier notre relation avec nos épouses/époux. Nous terminerons avec le hadith du Prophète Mouhammad (saw) qui nous a dit: « Le croyant qui a la foi la plus complète est celui qui a le meilleur comportement et les meilleurs d’entre vous sont les meilleurs avec leurs femmes « . (Rapporté par At-Tirmidhi).

Rapporté par Saâd Dhif, secrétaire de Frislam

Saâd Dhif

Leave a Reply Text

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*